Les premiers témoignages de la viticulture française découverts

Les premiers témoignages de la viticulture française découverts

La presse est la première preuve de la viticulture dans ce qui est aujourd’hui la France d’aujourd’hui, selon de nouvelles recherches publiées dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. L’évidence suggère que les habitants de la région de l’Etrurie ont rendu les anciens habitants de France accros. (L’Etrurie couvrait des parties de la Toscane moderne, du Latium et de l’Ombrie en Italie.)

La diffusion du vin

Les humains ont d’abord domestiqué la vigne eurasienne il y a environ 9 000 ans au Proche-Orient, peut-être dans ce qui est aujourd’hui la Turquie ou l’Iran. Peu à peu, la boisson enivrante s’est répandue à travers la mer Méditerranée, transportée par les Phéniciens et les Grecs. En 800 av. J.-C., les Phéniciens faisaient le commerce du vin avec les Étrusques, le conservant dans de grands pots appelés amphores.

Les épaves d’environ 600 av. J.-C. sont remplies de ces amphores étrusques, ce qui suggère que les habitants de la région qui est aujourd’hui l’Italie exportaient déjà leur propre vin. Dans la ville côtière de Lattara, près de Lattes, en France, on a trouvé un complexe de stockage marchand rempli de ces amphores, datant de l’apogée de la ville de 525 avant JC à 475 avant JC.

Les recherches

Seulement 13 bocaux répondaient à ces normes. Les chercheurs ont choisi trois amphores représentatives pour les tests moléculaires, et ont également testé deux amphores ultérieures qui contenaient presque certainement du vin à des fins de comparaison.

L’analyse a révélé la présence d’acide tartrique, qui se trouve naturellement dans le raisin et qui est un composant majeur du vin. D’autres acides liés au vin – dont l’acide succinique, l’acide malique et l’acide citrique – étaient tous présents.

Ce vin ancien n’avait peut-être pas grand-chose en commun avec ce que l’on pourrait trouver aujourd’hui lors d’une dégustation à Napa ou à Sonoma, en Californie. Les chercheurs ont également trouvé des traces de résine de pin, probablement utilisée pour la saveur et comme agent de conservation. Et le vin contenait des composés d’herbes, probablement du romarin, du basilic et du thym.

Aujourd’hui, un vin grec appelé retsina utilise encore de la résine de pin pour aromatiser, même si les bouteilles en verre n’en ont plus besoin comme agent de conservation.

« Il est difficile pour un palais habitué au Cabernet et au Chardonnay de s’habituer à un vin au goût de térébenthine, selon wineloverspage.com, qui décrit également le vin retsina comme « ni subtil ni délicat ».

Les débuts du vin français

Bien sûr, les vins anciens n’étaient pas seulement utilisés à des fins récréatives ; ils étaient aussi utilisés comme mélanges médicinaux, dit McGovern. Plus important encore, le pressoir en calcaire contenait des traces d’acide tartrique, révélant que les habitants de Lattara n’importaient pas seulement du vin, mais en fabriquaient aussi. La presse a été utilisée vers 425 avant J.-C. à 400 avant J.-C., ce qui en fait le premier témoignage connu de la vinification dans ce qui est aujourd’hui la France.

Les amphores plus anciennes, combinées avec le pressoir antique, suggèrent que les habitants de la région qui est aujourd’hui le sud de la France ont d’abord importé du vin, puis ont commencé à le cultiver, probablement avec des vignes importées d’Etruria. Des épaves de cette région ont été trouvées avec des plants de vigne à l’intérieur, selon les chercheurs.

la France au rang mondial

« L’ascension de la France au rang mondial dans la culture du vin a été bien documentée, surtout depuis le XIIe siècle, lorsque les moines cisterciens ont déterminé par essais et erreurs que le Chardonnay et le Pinot Noir étaient les meilleurs cultivars à cultiver en Bourgogne « , a déclaré M. McGovern. « Ce que nous n’avons pas eu, c’est une preuve chimique claire, combinée à des données botaniques et archéologiques, montrant comment le vin a été introduit en France et a initié une industrie autochtone. »

Avenall David